Terreur, Dan Simmons

Publié le mercredi 28 janvier 2015, 13h29 par Denis.
0 commentaire.

En 1845, le HMS Erebus et le HMS Terror, deux navires anglais se lancent dans une expédition d'exploration de l'Arctique dirigée par le capitaine John Franklin, dans le but de traverser le "passage du Nord-Ouest" reliant les océans Atlantique et Pacifique. Les deux bateaux et les 129 membres d'équipage n'en reviendront pas.

La disparition de l'expédition Franklin passionne le monde depuis plus de 160 ans. On ne sait presque rien sur ce qu’il advint de ces marins, malgré les nombreuses expéditions de sauvetages envoyées à leur recherche. Il faudra d’ailleurs attendre septembre 2014 pour que la première des deux épaves soit enfin retrouvée.

En se basant sur les faits historiques connus ainsi que sur le passé de ses protagonistes, Dan Simmons reconstitue ce qui aurait pu être le déroulement de l’expédition. Il y ajoute une composante fantastique et effrayante justifiant à elle seule le titre du roman.

Le résultat est remarquable.

C'est long, certes, mais j'ai été scotché dès le début du livre. Cela faisait quelque temps que je n'avais pas ressenti cette espèce de boulimie de lecture, cette envie irrésistible de continuer la lecture au-delà du raisonnable.

L'ambiance est glaciale et lourde, malsaine et oppressante. Dan Simmons est un maître pour restituer cela avec une efficacité redoutable. On sait ces hommes condamnés et on assiste, impuissant mais aux premières loges, à leur tragique destin.

La narration n'est pas linéaire, sans pour autant que cela soit déstabilisant. Dans sa première partie, le roman multiplie les flashbacks afin d'en apprendre plus sur les principaux personnages, avant le départ de cette expédition fatale. Mais, tout au long du récit, Dan Simmons adopte également les changements de narrateurs, comme il l'avait fait quelques années plus tôt dans "l'échiquier du mal". C'est très réussi et on s'attache vite à quelques-uns des membres d'équipage... que l'auteur dézingue quelques pages plus tard !

Mention spéciale pour Francis Crozier, le capitaine du vaisseau HMS Terror. Irlandais très porté sur l'alcool, prenant le commandement de l'expédition après la mort de John Franklin, Crozier s'impose naturellement comme personnage principal du roman. Attachant, torturé, fragile et tout simplement passionnant, Crozier est une franche réussite. On souffre pour lui.

Et puis il y a la créature... Et le scorbut... Et Lady Silence... Et tant d'autres choses qui rendent la lecture de ce roman complètement haletante. Terreur est un très grand roman, à ne louper sous aucun prétexte. Prévoyez juste des vêtements chauds. Très chauds.

"Terreur" est édité en France par Robert Laffont et en format poche par Pocket.

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.