Le joyau noir, Michael Moorcock

Publié le mercredi 4 février 2015, 19h07 par Denis.
0 commentaire.

J'ai découvert les romans de Moorcock il y a de très nombreuses années. D'abord la série consacrée à Elric de Melnibonée et, un peu plus tard, celle consacrée à Dorian Hawkmoon, dont "le joyau noir" est le premier volume. Il y a quelques temps, j'ai eu l'occasion de me plonger à nouveau dans l'Europe du tragique Millénaire.

La saga d'Elric est originale et brillante, mais elle n'en reste pas moins relativement proche des canons de l'Heroic Fantasy. Celle de Hawkmoon s'en distingue grandement et c'est bien là ce qui fait toute sa force et son originalité. Les "Jeunes Royaumes", purement imaginaires, cèdent ici leur place à une sombre uchronie mettant en scène la vieille Europe, des années après avoir subi les ravages d'une guerre atomique. Du post-apocalyptique ? Pas vraiment non, car l'univers subtil mis en scène par Moorcock mélange habilement le médiéval, la magie et une technologie vaguement Steam Punk.

La redécouverte de ce premier roman de la saga a finalement confirmé mes impressions de première lecture, il y a bien longtemps. On se régale à l'évocation d'un monde baroque et haut en couleur, tout particulièrement la magnifique Kamarg et l'incroyable Granbretanne. On fait la connaissance de personnages charismatiques et passionnants, comme le compte Airain, maître de la Kamarg, ou l'excellent baron Meliadus, véritable ennemi juré de Dorian Hawkmoon. Mais ce dernier, paradoxalement et bien que "le joyau noir" soit le premier tome d'une série qui lui est consacrée, semble bâclé, pas fin pour un sou et aussi charismatique qu'une huitre. J'ajoute qu'il est, comme Elric, une incarnation du Champion éternel, concept transversal qui jalonne l’œuvre de l'écrivain.

Il faut espérer que cet aspect soit plus soigné dans les tomes suivants.

Pour terminer, sachez que ce roman est incroyablement court. Cela en facilite la lecture et on peut facilement l'engouffrer d'une traite. Revers de la médaille : certains passages m'ont semblés singulièrement expéditifs.

Au final, je recommanderais ce roman aux personnes aimant l'Heroic Fantasy mais voulant découvrir un univers qui sort des sentiers battus. Pour les autres, j'ai peur que Hawkmoon vous laisse de marbre !

"Le joyau noir" est édité en France par Pocket.

Note : l'écriture de ce billet date de décembre 2012. Je l'avais complètement oublié !

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.