La nuit du bombardier, Serge Brussolo

Publié le lundi 30 mars 2015, 16h33 par Denis.
0 commentaire.

La vie en pension, c'est pas toujours marrant. Particulièrement à Triviana-sur-Mer, une station balnéaire affreusement sinistre depuis que, 30 ans plus tôt, un bombardier s'est écrasé sur le parc d'attractions voisin en faisant de nombreux morts. Particulièrement aussi pour David Sarella, 14 ans, envoyé dans ce pensionnat par sa grand-mère. Pas cool la grand-mère. Son père n'est plus là. Sa mère, plus vraiment. En fait, elle est internée et n'a plus toute sa tête depuis qu'elle a été violée sur un parking, en présence de David. Voici les bases de cet étonnant roman de Serge Brussolo. Amateurs de légèreté et d'ambiances bucoliques, passez votre chemin !

S'il y a (évidemment) du fantastique là-dessous, n'espérez pas lire un roman tous publics (un peu) à la Harry Potter. On pourrait s'attendre en effet à un parcours initiatique avec cette histoire de pensionnat où le jeune David découvre de bien obscures fraternités et quelques co-pensionnaires vraiment barrés.

Mais là n'est pas l'essentiel. Car ce qui captive, c'est le choc entre ce gamin déjà aux frontières de la folie et un lieu à l'ambiance délétère, au traumatisme si profond et pourtant ancien qu'il est resté ancré dans le quotidien.

La première partie du roman fait la part belle à l'atmosphère glauque et pesante. Comme David, le lecteur découvre Triviana, ses environs inquiétants et ses étranges protagonistes. Je ne dévoilerai rien de l'intrigue en vous disant qu'on se doute très tôt que quelque chose ne tourne pas rond dans cette histoire de bombardier.

Puis, par le biais de moments clefs bien amenés, l'intrigue s'accélère. Chaque "palier" franchi est l'occasion pour Serge Brussolo d'accentuer la pression, de renforcer le côté oppressant de son roman. Par moments, le malaise de David est presque palpable. C'est comme si le lecteur lui-même avait de plus en plus de mal à respirer à chaque page tournée. Et le crescendo se poursuit sans relâche jusqu'à l'ultime dénouement.

J'aurais aimé parler des personnages secondaires, dont certains sont vraiment intéressants et liés à ces "moments clefs" que je viens d'évoquer. Mais ce n'est pas évident d'en dire plus sans dévoiler des éléments essentiels de l'histoire.

Je vais me contenter de conclure : ce roman de Serge Brussolo est à ne pas louper, c'est une grande réussite.

"La nuit du bombardier" est publié en France chez Folio SF.

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.