Musique assistée par tablette

Publié le jeudi 3 mars 2011, 12h50 par Denis.
0 commentaire.

Apple a présenté hier la seconde itération de l'iPad. Cette sortie ne manquera pas de générer des milliers de trolleries sans intérêt, mais là n'est pas mon propos. Lors de la keynote, en marge du matériel, Apple a présenté plusieurs nouvelles applications destinées à l'iPad 2. L'une d'entre-elles a plus qu'attiré mon attention : il s'agit de Garage Band.

Il n'a fallut que peu de temps après la sortie du premier iPad pour qu'apparaisse sur l'App Store une nouvelle catégorie d'applications : des outils de création musicale, comme il en existait déjà sur l'iPhone, mais adaptés au large écran de l'ardoise d'Apple. Et c'est justement l'écran qui change tout ! Là où un smartphone est définitivement trop petit pour espérer faire quelque chose d'un tant soit peu sérieux, l'écran tactile de 10 pouces de l'iPad dispose d'un immense potentiel ergonomique pour créer des applications musicales. Si on y ajoute une puissance processeur honorable, les conditions se sont retrouvées réunies pour qu'émerge un marché de niche.

Bien sûr, comme sur l'iPhone quelques mois auparavant, on trouve bon nombre de petites applications un peu "bidon", genre clavier de piano, xylophone ou autres émulations très approximatives de guitare acoustique qui n'ont d'autre utilité que d'être amusantes quelques minutes.

Mais en marge sont rapidement apparues des applications plus abouties et créatives (et plus chères !), d'autant plus que des acteurs connus sur le marché de la musique sont arrivés sur l'App Store : Korg avec iElectribe et l'incroyable iMS-20, Akaï, BeepStreet avec iSequence, IK Multimedia avec ses gammes AmpliTube et Groovemaker ou Propellerhead avec le mythique ReBirth. Ce n'est qu'une sélection très partielle, il y a sûrement d'autres pépites à découvrir mais l'App Store n'aide pas à s'y retrouver facilement avec sa catégorie "Musique" vraiment trop fourre-tout.

Concernant l'usage d'une tablette tactile dans une chaîne de production musicale, je pense qu'il ne faut pas se méprendre. Le format  et la puissance de calculs sont idéaux pour faire tourner de petits séquenceurs à patterns comme ReBirth ou iElectribe. Mais en aucun cas de se substituer à une station de travail complète sous ProTools, Logic ou autre logiciel de ce type. L'idée est plutôt d'avoir la possibilité de créer des séquences et boucles n'importe où, donc dans une phase de composition et de conception. Pour cela, l'écran tactile est vraiment un régal ! Puis, dans un second temps, on exportera le résultat vers une "vraie" station de travail audio-numérique pour intégrer, monter et mixer ces séquences dans des productions complètes.

Pour terminer, je citerai également l'utilisation de l'iPad comme surface de contrôle pour ProTools et compagnie. Son écran tactile semble bien adapté à la manipulation de potars en tous genre, particulièrement durant les phases de mixage, et apparaît comme très complémentaire du traditionnel couple clavier/souris. Bien sûr, rien ne remplace une véritable surface de contrôle, mais une tablette est peut-être un compromis intéressant en étant moins chère et moins encombrante.

Pour revenir à la keynote Apple d'hier et en particulier à Garage Band, je pense sincèrement qu'Apple est allé plus loin et que la création musicale sur tablette risque de franchir une nouvelle étape. Tout d'abord parce que Garage Band se veut abordable au plus grand nombre, par son prix bien sûr - moins de 5 euros - mais aussi et surtout parce qu'il semble complètement orienté grand public dans son approche ergonomique, à l'image de son grand frère homonyme sur Mac. J'ai également hâte de voir comment se comportent les "smart instruments" permettant, par exemple, de jouer des accords de guitare sans en connaître la technique.

Pour autant, il me paraîtrait indélicat de tenter de le ranger au milieu des gadgets inutiles si communs sous iOS. Car Garage Band ne semble pas là pour faire de la figuration : il s'agit là d'un vrai petit studio de composition portable avec ses instruments virtuels, ses effets, 250 boucles, enregistrement audio et bien sûr son séquenceur 8 pistes traditionnel.

Certes, il est encore trop tôt pour tirer la moindre conclusion puisque ni l'iPad 2 ni Garage Band ne sont disponibles, mais je pense sincèrement qu'il s'agit d'une étape clef apportant pour la première fois un outil de composition à un public plus large. Car il se vendra plus d'iPad que de Mac. Et j'imagine aussi que d'autres éditeurs pourraient se lancer dans la conception de produits similaires mais moins orientés grand public.

Nous ne sommes qu'au début de l'ère des tablettes tactiles - je voulais dire "ardoises" bien sûr ! - et j'ai l'intuition depuis le lancement du premier iPad que ces petits appareils seront de plus en plus utilisés pour la création musicale. Je ne sais pas si la tablette nous fait entrer dans l'ère post-PC, mais elle pourrait bien nous faire entrer dans l'ère de la M.A.T. (musique assistée par tablette) en complètement de la M.A.O. (musique assistée par ordinateur) !

Pour finir, l'histoire de Garage Band me fait sourire et ravive de lointains souvenirs. Parmi les futurs - et sans doute nombreux - utilisateurs sur l'iPad 2, qui se doutera que ce logiciel est, en quelque sorte, la dernière itération d'une lignée de séquenceurs née à la fin des années 80 sur Atari ST ? Les plus anciens se rappelleront sans doute de "Creator/Notator" !

 

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.