Système Micro 4/3

Présentation

En avril 2013, la perspective d'un séjour de quatre jours à Londres m'a donné l'occasion de repenser mon équipement photographique. Cela faisait déjà quelques temps que je n'utilisais quasiment plus le K20, un système doté de belles optiques mais vieillissant, trop encombrant et trop lourd.

L'idée était de jumeler la polyvalence et la qualité photo d'un système ouvert comme le K20 mais en réduisant fortement le poids et l'encombrement, de façon à trouver une sorte de compromis entre le reflex et le G12. C'est ainsi que j'ai décidé de remplacer le tout par un système Micro 4/3.

Le choix du boitier s'est fait par coup de cœur, avec le très craquant OM-D E-M5 d'Olympus : irrésistible look rétro façon mini-reflex, finition exemplaire, tropicalisation, accueil très positif dans les divers tests et bonne réputation des optiques m'ont fait écarter les autres pistes. Tant pis pour la compacité de la gamme PEN ou des Panasonic !

J'ai inauguré ce nouveau système avec un kit contenant un objectif "standard" 12-50, la très pratique poignée en deux parties HLD-6 et une seconde batterie.

Optiques

Si le 12-50 livré en kit est intéressant pour sa polyvalence, ce n'est pas, de loin, ce qui se fait de mieux pour les systèmes Micro 4/3 qui bénéficient d'une gamme étendue, qualitative et pas forcément trop chère.

En 2014, j'ai décidé d'ajouter de nouvelles optiques à mon système, d'autant plus que l'OM-D s'est trouvé un "petit frère" avec l'arrivée d'un Olympus PEN E-PL6 à la maison. Certes, je n'en suis pas l'utilisateur principal, mais les deux boitiers partagent évidemment l'ensemble des objectifs.

Olympus M.ZUIKO DIGITAL 45mm 1:1.8

Mon premier achat durant l'été 2014. C'est un formidable et peu onéreux petit objectif, particulièrement doué pour les portraits. L'ouverture à f/1.8 change la vie par rapport à l'objectif du kit. C'est plein de lumière, très piqué et le bokeh est magnifique. Pour toute personne désirant mieux exploiter un boitier M4/3 qu'avec un "banal" zoom de kit, cet objectif est un "must have".

Mon utilisation en bref :

  • plutôt utilisé sur : OM-D
  • plutôt utilisé pour : tout mais avec une prédilection pour les portraits
  • point(s) de vigilance : distance de mise au point minimale de 50cm

Pour en savoir plus :

Panasonic Lumix G 20mm / F1.7 II

Arrivé dans la famille en novembre 2014, c'est un excellent complément au 45mm Olympus qui brille par la polyvalence de sa focale, son piqué et bien sûr l'ouverture à f1.7. La distance minimale de mise au point est de 20cm, ce qui est plus souple que les 50cm du 45. Cerise sur le gâteau, la version "II" est esthétiquement plus réussie que la version d'origine avec une belle finition métallique s'accordant parfaitement avec l'OM-D ou, mieux encore, le petit E-PL6.

Mon utilisation en bref :

  • plutôt utilisé sur : E-PL6
  • plutôt utilisé pour : tout
  • point(s) de vigilance : autofocus en basse lumière un peu poussif

Pour en savoir plus :

Olympus M.ZUIKO DIGITAL ED 60mm 1:2.8 Macro

J'ai reçu cet objectif fin juin 2015. C'est un véritable bonheur pour tout amateur de macro-photographie ayant un boitier Micro 4/3. C'est peut-être, en toute subjectivité, le plus bel objectif actuellement en ma possession.

Au delà de la macro qui est évidemment son domaine de prédilection, ce 60mm ne démérite pas pour les portraits ou comme petit télé un poil plus long que le 45.

Mon utilisation en bref :

  • plutôt utilisé sur : OM-D
  • plutôt utilisé pour : macro, portraits
  • point(s) de vigilance : la macro-photographie, c'est pas évident !

Pour en savoir plus :

Olympus M.ZUIKO DIGITAL ED 40‑150mm 1:4.0‑5.6 R

Cet objectif sans prétention est arrivé à la maison en octobre 2014, en kit avec l'E-PL6. Je ne l'ai utilisé que très rarement durant les premiers mois. Contre toute attente, il me sert désormais plus souvent car il s'avère pratique pour capturer des sujets pour lesquels le 45mm ou le 12-50 du kit sont trop courts. De plus, je me suis aperçu que cet objectif était plutôt bien adapté aux portraits en extérieur. Vendu à prix étonnamment bas ou livré en kit, c'est réellement une affaire.

Mon utilisation en bref :

  • plutôt utilisé sur : OM-D
  • plutôt utilisé pour : animaux, portraits en extérieur, flore
  • point(s) de vigilance : pas vraiment adapté pour la photo en intérieur

Pour en savoir plus :

Olympus BODY CAP LENS 9mm 1:8.0

Ce n'est pas vraiment un objectif mais plutôt un bouchon un peu plus sophistiqué qui fait office de "fish eye". Ici pas d'électronique, pas d'autofocus, une ouverture à f/8.0 qui nécessite plein de lumière et une image présentant une déformation incroyable.

Ce n'est sûrement pas l'équipement qui me sert le plus mais les résultats sont intéressants, parfois même vraiment surprenants, pour un tarif inférieur à 100 euros.

Mon utilisation en bref :

  • plutôt utilisé sur : OM-D et E-PL6
  • plutôt utilisé pour : délires, paysages
  • point(s) de vigilance : qualité aléatoire des photos et besoin de beaucoup de lumière (f/8.0 !)

Pour en savoir plus :

Olympus M.ZUIKO DIGITAL ED 12-50mm 1:3.5-6.3 EZ

Il s'agit du zoom de kit fourni avec le boitier. Il fait le boulot correctement mais ne peut rivaliser avec des objectifs de la trempe du 45mm. Par rapport à d'autres zooms d'entrée de gamme, il dispose de quelques arguments intéressants :

  • il est tropicalisé
  • il propose deux modes pour le zoom : un mode manuel pratique pour la photo et un mode électrique idéal pour la vidéo
  • il dispose d'un véritable mode macro

Mon utilisation en bref :

  • plutôt utilisé sur : E-PL6
  • plutôt utilisé pour : macro et parfois monté sur l'OM-D lorsque la météo est mauvaise
  • point(s) de vigilance : pas au niveau des focales fixes

Pour en savoir plus :

Et après ?

Comme je l'écrivais un peu plus haut, la gamme d'optiques pour les systèmes Micro 4/3 est étendue1. Voici une sélection de liens si vous désirez en savoir plus :

À l'usage : toutes premières impressions

(mai 2013)

Cela fait un mois que j'ai l'OM-D. Je manque donc encore de recul, bien que le séjour à Londres et quelques vacances m'aient permis de faire plus de 2000 photos. Globalement, ce système représente un sacré bond en avant par rapport à mes équipements précédents.

Voici quelques points clefs :

  • ergonomie et prise en main : c'est un régal, en particulier avec la demi-poignée, avec toutefois deux petites réserves concernant le système d'exploitation Olympus, riche mais confus, ainsi que certains boutons vraiment très petits.
  • tropicalisation : un vrai plus, comme pour le K20, qui permet de sortir l'OM-D même sous la pluie. Une caractéristique bien vue pour le séjour à Londres !
  • qualité des photos : avec son capteur micro 4/3, l'OM-D est à des années-lumière du petit G12 à tous points de vue. Pas de soucis pour rivaliser avec le K20, en particulier en basse lumière, mais le 12-50 ne peut rivaliser avec l'extraordinaire Pentax 50-135 SDM.
  • vitesse et réactivité : le G12 et le K20 sont laissés sur place ! L'engin shoot vite, très vite, et je me suis laissé prendre au jeu à Londres.
  • viseur électronique : pas mal, mais il n'arrive pas à la cheville du viseur optique du K20. Cela reste toutefois ma méthode préférée pour viser alors que je m'attendais à plus utiliser l'écran.
  • écran LCD : somptueux ! Le fait qu'il soit articulé verticalement est pratique, sans toutefois égaler la souplesse de celui du G12, certes moins qualitatif.

Accessoires

  • poignée Olympus HLD-6 et deuxième batterie
  • carte SDHC SanDisk 32 Go
  • sac de transport

Historique

  • Date d'achat : avril 2013

  1. Elle peut l'être encore plus avec les multiples bagues adaptatrices permettant d'utiliser de plus vieux objectifs, comme par exemple les classiques montures à vis de type M42↩︎

Publié le lundi 27 mai 2013, 15h43 par Denis.

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.