Mars 2012

Quincy contre les pintades

Un lundi matin d'hiver. Le froid est glacial. Après une interminable attente sur le quai, le RER arrive enfin. En retard, comme toujours. Tu t'installes sur un siège crasseux, mais l'essentiel est là : il y a du chauffage, tu es assis et il n'y a pas trop de monde. Le train démarre et te berce rapidement, tu vas pouvoir continuer ta nuit ou ton bouquin en attendant d'arriver à Paris. Au bout de quelques minutes, le train arrive à la gare suivante.

Posté le mardi 27 mars 2012.
Lire la suite ou commenter | 0 commentaire